Yoga

  • Vrikshasana, la posture de l'arbrisseau ou de l'arbre

    La posture de l’arbrisseau ou de l’arbre selon les lignées.

     

    20200502 162106Dessin de Patricia Laforse Ryo

    VRIKSHÂSANA

    Vriksha (l’arbre) āsana (posture)

    Ancrage, force, lien

    • Tonifie et renforce la musculature des chevilles, des pieds, genoux et des jambes. Elle améliore l’ouverture des hanches, renforce la sangle abdominale.
    • Favorise le sens de l’équilibre. Accroît les facultés de concentration et calme l’esprit. Enracine dans la vie et dans l’instant présent.

    Variantes :

    • Plante de pied déposée au niveau de la malléole (intérieur de la cheville), orteils en appui au sol.
    • Plante de pied qui épouse le bombé de la face interne du genou.
    • Mains jointes, en salut devant la poitrine.
    • Bras tendus, mains de chaque côté du corps, paumes de mains vers le ciel, pouces et index joints en jnana-mudra.
    • Bras étirés, ou en demi-flexion au-dessus de la tête, mains en anjali mudra.

    Debout, les pieds légèrement écartés et parallèles, je me relie à mon corps et à mon souffle. A l’aide du mouvement du regard intérieur et de ma respiration, je m’installe peu à peu dans ma verticalité.

    Afin de m’ancrer à la terre, j’écarte largement les orteils en les relevant et les abaissent en les étalant sur le tapis. Pleinement présente à mes pieds, j’expire et m’enracine un peu plus au réel, à la matière. En déplaçant le poids de mon corps sur ma jambe droite, je recherche le point d’équilibre. Concentrée sur ma respiration et mes gestes, je suis dans l’instant présent. Je ne laisse pas mon mental se disperser car il n’y a pas d’équilibre sans concentration, ni de concentration sans équilibre, c’est un duo indissociable. Mon regard s’accroche sur un point devant moi.

    Sur une expiration, je transferts entièrement mon poids sur la plante de mon pied droit, qui devient mon socle, mon ancrage. L’équilibre se fait, à présent, sur la totalité de ma jambe d’appui. La plante de mon pieds gauche est venue se caler le plus haut possible à l’intérieur de ma cuisse droite.

    Je deviens, l’espace d’un moment, unijambiste.  Afin de maintenir l’équilibre et de palier à l’instabilité qui en résulte, mon corps s’adapte en déplaçant son centre de gravité.

    Il s’ajuste dans cette asymétrie lorsque mes mains jointes en anjali mudra s’élèvent au-dessus de ma tête.

    Ma concentration va à la rencontre de l’équilibre. Mon corps se redresse sur sa verticalité.

    Le regard intérieur est harmonisé aux rythmes de mes souffles d’inspire et d’expire, ma conscience se déplace au travers mon corps en alternance du ciel à la terre, de l’infini vers l’infini.

    La posture est enfin accomplie lorsque j’acquiers l’équilibre dans la détente et la détente dans l’équilibre.

    Ancrée par mes racines profondes, mes pieds, mais aussi reliée par mes branches (mes mains) qui s’élèvent vers l'univers.

    Je suis l’arbre. Immobile et silencieux.

    Intermédiaire entre le ciel et la terre, entre la matière et l'âme.

    Comme l'arbre, suivant le cycle des saisons, j'évolue et m'adapte aux inconstances, sans résister.

    L'arbre est le symbole de l'Union, le yoga aussi…Namasté

      

    Lire la suite

  • La méditation

    MEDITER

    20200404 160023

    Qui n’a pas rêvé le jour où notre esprit est agité et tourne en boucle, d’avoir un dispositif permettant de mettre ce bavardage mental sur le bouton off ?

    Pour beaucoup de personne dans cette situation, la méditation serait la solution miracle et permettrait au mental de se taire.

     Mais comment obtenir ce désert mental ? Ce vide ? Ce calme si agréable ?

     Avez-vous déjà tenté l’expérience de supprimer ou de bloquer chaque pensée qui se présente à vous ?

    Bien évidemment, c’est une idée fausse de croire que la méditation consiste à faire le vide dans sa tête. Je comprends la frustration et la déception des personnes qui ont tenté un jour l’exploit de tenir plus d’une minute, la tête exempte de pensées.

    Comme vous avez pu le remarquer, on ne peut pas arrêter de cogiter juste parce qu’on l’a décidé ou voulu, cela nous est tout simplement humainement impossible. Je ne dis pas non-plus, que la pensée ne s’arrête jamais, mais si elle le fait, c’est de son propre chef. Penser est une activité naturelle de l’esprit, et le cerveau, merveilleuse machine à idées, réflexions et analyses, ne s’arrête jamais de produire. Tenter de le faire taire serait une quête désespérée qui finirait en échec. C’est pourquoi rien ne sert de lutter contre ce bavardage mental. Le plus simple, c’est d’accepter sa présence.

    Mais alors, vous allez me dire qu’il faut tout bonnement se résigner.

    Pourtant, accepter ce n’est pas se résigner, c’est juste l’étape qui précède un choix d’action plus adapté. Quand des pensées traversent votre esprit lorsque vous méditez, laissez-les aller et venir si elles le souhaitent, contentez-vous de les observer sans juger, sans leur prêter d’attention, ne vous laissez pas entrainer et harponner par quoi que ce soit (émotion, idée, image…) et ne vous identifiez pas à elles. Soyez simplement un témoin. C’est comme se rendre au cinéma et regarder un film où l’on observe juste l’image sur l’écran.

    Donc la méditation ce n’est pas arrêter de penser, mais c’est l’état de « non-pensée »

    Pour bien comprendre ce qu’est la méditation (dhyâna), il faut connaître son mode de fonctionnement. Le principe de base de la méditation est de développer l’attention et la concentration (dhâranâ) afin d’arriver à un état où l’esprit devient complétement stable et imperturbable. Pour cela, il faut que le mental se stabilise et s’immobilise. Comment ? En fixant l’attention sur un point support qui peut être un objet interne ou externe comme sa respiration, la pointe de son nez ou la flamme d’une bougie. Si par moment, certaines pensées vous emportent, revenez dans l’instant présent en ramenant votre attention sur votre objet support. Être dans l’instant présent, c’est focaliser son attention sur une seule chose, sans se laisser distraire par d’autres. Au fur et à mesure que vous observez le mental celui-ci vous amène de plus en plus vers l’état de non- pensée. Vous n’êtes plus dans le mental, la non-pensée est au-delà !

    Si vous souhaitez commencer à méditer, vous avez aussi la possibilité d’aller consulter ma vidéo « apprendre à méditer » 

    Sino, voici une méditation guidée pour vous lancer.

    Trouvez un endroit apaisant où vous pouvez vous asseoir confortablement et être au calme. Puis, observez votre respiration naturelle. Soyez attentif aux sensations physiques de votre respiration, prenez conscience de votre souffle à l’entrée des narines, sentez l’air frais à l’inspire, l’air réchauffé à l’expire. Ensuite, sentez et suivez le trajet de l’air à partir de vos narines jusqu’aux poumons durant plusieurs respirations. Puis, portez attention sur le mouvement de la poitrine et du ventre qui se soulève à l’inspire et qui s’abaisse à l’expire. Restez spectateur de ce souffle. Si vous êtes distraits par une pensée, ne vous y attacher pas, laisser-la partir sans la juger, ni vous juger, et revenez en ramenant simplement votre attention sur votre respiration, une fois, dix fois, cent fois, s’il le faut. Votre respiration devient un point d’ancrage et votre souffle une ancre à laquelle vous pouvez toujours revenir lorsqu’une émotion forte ou sensation douloureuse liée à une pensée se présente. Au départ, cette gymnastique mentale peut paraître difficile mais c’est la clé de la réussite. Soyez constants dans votre pratique, et avec de l’entraînement, vous pourrez maîtriser de plus en plus vos flux de pensées, développer votre concentration et devenir plus conscient des actions de votre esprit

    Faites de la méditation, une habitude et commencez par 1 ou 2 minutes par jour puis augmentez progressivement ce temps de 3 à 5 minutes pour aller jusqu'à 40 mns, 1h et plus...

    Mais déjà avec un entraînement quotidien de 5 à 10 minutes, vous pourrez constater des changements positifs sur votre bien-être en quelques semaines.

     

    Lire la suite

Yoga shacti en exterieur

Voici l'heure des vacances pour Yoga Shakti, les cours collectifs reprennent le lundi 7 septembre.

Comme chaque année, si vous souhaitez me rencontrer pour échanger ou vous inscrire, une journée portes ouvertes est organisée le Samedi 5 septembre 10h-18h

Je vous souhaite un très bel été, bonnes vacances à tous !

 

 

 

 

 

 

 

********************

 

Cartes cadeaux

Vous recherchez un cadeau original, un moment d'exception, faites découvrir à vos amis, vos proches, vos collègues ou vous-même, les bienfaits d’un massage sonore. Le massage sonore est un massage doux, relaxant qui apporte une grande détente globale, mentale, physique et émotionnelle. Un véritable voyage intérieur et un moment de bien-être avec tous les bénéfices d’un soin énergétique.

Cartes cadeaux